Image de Andrew Coelho

L’entretien d’embauche 

Que vous postuliez dans un canton germanophone ou francophone, il vous faudra donc être fin prêt pour votre entretien d’embauche et avoir à l'esprit que vous postulez à l'étranger : bien organiser votre journée d’entretien, connaître l’entreprise ainsi que les particularités du déroulement de l’entretien d’embauche.

Il faudra savoir se présenter avec habileté, être curieux en posant les bonnes questions, puis terminer en respectant les codes culturels locaux, c’est-à-dire avec politesse et enthousiasme.

Image de Ben White

Préparation

Décrocher un entretien d'embauche en Suisse n'est pas si aisé. Si une étude récente du cabinet Lee Hecht Harrison démontre que 57% des candidats décrochent 1 entretien pour 5 candidatures, elle assure également qu'un candidat doit postuler en moyenne 46 fois en Suisse avant de décrocher un emploi ! 

Enfin, l'étude prouve que les entreprises suisses ont tendance à garder les demandeurs d'emploi le plus longtemps possible dans la boucle de la candidature. Même après un ou deux entretiens et des tests, le candidat n'a qu'une chance sur trois d'obtenir le poste. La compétition est rude dans une Suisse au taux de chômage formidablement bas. Raison de plus pour préparer votre entretien d’embauche avec une précision d'horloger suisse !

La Suisse : une nation à part entière

Les recruteurs de Suisse francophone ont tendance à soupçonner les Français de se croire en terrain familier. Aussi, n'hésitez pas à lire quelque peu l'histoire et la géographie de ce beau pays : apprenez les noms de ses dirigeants, lisez quelques journaux locaux en ligne ou sur place... 

La Suisse n'est pas une nation à la française, unifiée et gouvernée par un État qui centralise presque tous les pouvoirs. Son véritable nom est la Confédération suisse : elle regroupe 26 cantons. Sa population parle en majorité l'allemand (17 cantons sur 26), puis le français, l'italien et le romanche. 

L'histoire et la géographie de cet état fédéral nous en dit long sur la mentalité suisse : elle est multiple, pacifique (la Suisse est un état neutre) et très indépendante (entre autres, elle ne fait pas partie de l'Union européenne).

Image de Mimi Thian

Connaitre l'entreprise

Vous renseigner sur l'entreprise doit être votre priorité. En effet, c'est la seule manière d'éviter de graves faux-pas pendant l'entretien d’embauche, mais aussi de s'assurer que le poste et l'esprit de l'entreprise sont conformes à vos attentes.

Consultez d'abord l'offre d'emploi en ligne et étudiez-la scrupuleusement, car elle en dit long sur la philosophie de l'entreprise. Le ton est-il sérieux, décontracté, traditionnel, trendy, y a-t-il un salaire annoncé, des avantages en nature ?

Le site web de l'entreprise doit être votre principale source d'information. Surfez sur les photos des employés, des dirigeants, des locaux de l'entreprise. C'est aussi là que vous apprendrez tout sur le chiffre d'affaires de l'entreprise, le nombre de filiales et de salariés, les pays où elle est implantée, ses ambitions...

Si cela est possible, une prise de contact directe avec l'entreprise lors d'un salon, par exemple, vous permettra de vous faire une idée précise de son éthique et de son style, mais aussi de vous mettre en avant ! On se rappelle plus facilement d'un candidat que l'on a déjà vu et qui a pris le temps de se déplacer.

Savoir se présenter avec habileté

Le recruteur a lu votre CV et lettre de motivation. Il connaît donc votre parcours professionnel. Toutefois, pendant l'entretien d’embauche, il vous faudra aussi manier l'art de vous raconter.

Préparez vos arguments : Pourquoi vous n'occupez plus votre poste précédent ? Comment mettre en valeur vos expériences passées et insister sur les moments de votre carrière qui peuvent être utiles au poste que vous convoitez ? Vous avez réglé un conflit particulièrement important entre la direction et certains salariés ? C'est évidemment un plus pour un RH. Vous avez contribué à changer l'image de marque d'une entreprise à bout de souffle ? C'est formidable pour un communiquant.

Les recruteurs posent souvent les mêmes questions : Quelle est votre plus grande faiblesse ? Où vous voyez-vous dans cinq ans ? Qu'est-ce qui vous met en colère ?... Consultez la liste des questions les plus fréquemment posées lors d'un entretien en Suisse et entraînez-vous à y répondre.

Répétez votre entretien avec vos amis ou votre famille. Si cela n'est pas possible, répétez devant un miroir. Le langage corporel joue une importance cruciale lors de l'entretien d'embauche : il raconte ce que vous ne semblez pas contrôler, tout en influençant votre interlocuteur. Regardez le droit dans les yeux, un léger sourire sur les lèvres, laissez libre cours à vos mains lorsque vous parlez, et penchez-vous très légèrement en avant pour montrer votre enthousiasme. 

Apprenez à tourner vos phrases de manière positive en évitant les négations. Plutôt que "Je n'ai jamais travaillé avec le marché asiatique", dites "Je travaille déjà sur les marchés européens et américains, mais j'aimerais acquérir la connaissance du marché asiatique".

Image de Rochelle Nicole

être curieux

Avant de conclure l'entretien d’embauche, le recruteur vous demandera généralement si vous avez des questions. C'est le moment d'obtenir des précisions importantes sur les points qui vous importent : Y a-t-il une possibilité d'évolution dans l'entreprise ? Une voiture de fonction est-elle prévue, dans le cas où de nombreux déplacements seraient nécessaires ? Préparez vos questions à l'avance vous rendra plus sûr(e) de vous et laissera une impression favorable sur votre interlocuteur : vous savez ce que vous voulez et vous le faites savoir.

Votre dossier

Vérifiez que vous avez bien votre dossier de candidature au complet (le traditionnel Bewerbungsdossier suisse : couverture, lettre de motivation, CV, certificats et diplômes), à moins que le recruteur vous ait signifié que vous n'avez pas besoin de l'apporter.

Faites le trajet jusqu'à l'entreprise, quelques jours avant l'entretien, si vous vous trouvez dans la même ville. Cela vous permettra de repérer les stations de métro ou de bus les plus proches, de vous rendre compte de l'état de la circulation routière ou encore de la distance à faire à pied de la station de métro au lieu de l'entretien. S'il n'est pas possible de vous rendre sur place, repérez le trajet sur Google Maps. 

Préparez votre look ! Si vous avez besoin d'une coupe de rafraîchissement, prenez rendez-vous chez le coiffeur plusieurs jours avant l'entretien. Que vous soyez un homme ou une femme, soignez vos mains (ongles impeccables, pas de vernis écaillé) : les employeurs ne regardent pas que vos yeux ! 

Il faudra également adapter votre tenue à l'esprit de l'entreprise qui recrute. Serez-vous en contact avec la clientèle, par exemple ? Dans le secteur bancaire ou administratif, le costume et le tailleur-pantalon sont de mise. Dans une start-up, les codes peuvent être plus lâches. 


Afin de savoir quoi mettre le jour J, surfez sur le site web de l'entreprise et repérez les photos des salariés : portent-ils une cravate ? Ou ont-ils l'air plutôt décontracté ? Un peu de shopping peut-être nécessaire... et n'oubliez pas : où que vous postuliez, il vaut mieux être un peu trop chic que pas assez. Pour votre interlocuteur, c'est une preuve que vous accordez une importance réelle à cet entretien et que vous avez fait un effort pour être à la hauteur.

Image de bruce mars

Politesse

Laissez le recruteur décider de la fin de l'entretien d’embauche.

Vous pouvez demandez quand vous pouvez espérer une réponse. Avant de prendre congé du recruteur, songez à le remercier de vous avoir invité(e) à venir rencontrer l'entreprise.

Partez en saluant toutes les personnes qui ont participé à l'entretien. Et n'oubliez pas de dire au revoir au chargé d'accueil.

Par la suite, ne bombardez pas le recruteur de mails pressants après l'entretien. Cela peut être très mal perçu.

Conseils

Vous souhaitez un conseil? Vous avez une question? Notre équipe d'experts est là pour vous.